Qu’est ce que l’IMC ? Et peut on s’y fier ?

Bonjour à tous ! Nous allons donc nous intéresser à l’IMC, Indice de Masse Corporelle, donnée dont on entend souvent parler mais qui peut rester obscure aux yeux de certains.

Donc…..

C’est quoi l’IMC ?

L’IMC , Indice de Masse Corporelle, est un indice permettant d’estimer la corpulence d’un individu, exprimée en valeur chiffrée.

Il permet de de déterminer si l’on est en surpoids, si l’on se situe dans une fourchette de “poids normal”, si l’on se trouve en sous poids (eh oui, on parle bien de sous poids!), ou carrément anorexique.

Cette valeur est définie comme standard par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) depuis 1997 pour déterminer les risques liés au surpoids chez les adultes, en effet on trouve une relation statistique entre un IMC élevé et le taux de mortalité (1) .

D’ailleurs, aux Etats Unis, cet indice est utilisé par les compagnies d’assurance afin de déterminer les risque d’accident cardio-vasculaire de leurs clients, et sert à fixer le montant des polices d’assurance.

Les accidents cardio-vasculaires étant rares avant l’âge de 65 ans, on peut en déduire que la pertinence de l’utilisation de cette donnée est très discutable, et doit constituer une formidable source de profits dans un pays où l’obésité touche 37,7 % (2) de la population !

Grâce à l’IMC, on a aussi pu définir des intervalles standards : maigreur, corpulence normale, surpoids, obésité.

IMC


Origine de l’IMC

L’IMC a été mis au point par un scientifique belge, Adolphe Quetelet (1796-1874) considéré comme le père de la statistique moderne.

                    
                               Adolphe Quételet


C’était un grand savant, mathématicien, astronome, naturaliste et statisticien.

Quételet veut comprendre si les phénomènes humains et sociaux représentent les mêmes irrégularités que les phénomènes naturels, il se met donc en tête d’appliquer des méthodes astronomiques à la société.

La formule de l’IMC fut élaborée alors qu’il cherchait à définir un “homme moyen”, ses recherches s’articulaient aussi bien autour de la taille et le poids de celui ci, que sur sa condition sociale ou l’âge auquel il se mariait.

En aucun cas il n’effectuait de recherches sur l’obésité, ou les maladies associées.

Le monde scientifique et la communauté médicale en particulier ne s’intéressèrent à l’équation de Quetelet que longtemps après sa mort.


Homme moyen de Quetelet


Depuis le 18ème siècle, les médecins suspectaient les effets négatifs sur la santé de l’obésité, mais n’en avaient aucune preuve scientifique.

Les études menées à grande échelle sur les relations entre obésité et mortalité n’ont commencé qu’au 20ème siècle, sous l’impulsion des compagnies d’assurances qui cherchaient à démontrer que les individus en surpoids avaient tendance à mourir plus jeunes que ceux qui étaient situés dans une fourchette de “poids normal”.

                         Courbe de Quételet - IMC


Calcul de l’IMC

L’IMC est un indice se basant sur la taille et le poids d’un individu, et sa formule est très simple à calculer et se définit en kg/m2 .

Formule IMC


Pour vous faciliter la tâche, calculez rapidement votre IMC en cliquant ici : calcul d’IMC .

Ce site très bien conçu vous permet de placer des points sur une courbe d’IMC et ainsi de suivre l’évolution de votre Indice de Masse Corporelle dans le temps.

Cela peut être utile dans le cadre d’une remise en forme, c’est toujours encourageant de constater ses résultats, même si ce n’est que sous forme graphique dans un premier temps !

Mais ! Peut on se fier à l’IMC ?!

Le calcul d’IMC est simple, et ses conclusions aussi : si votre poids divisé par le carré de votre taille se situe au dessus de 25, alors vous êtes en surpoids, sans autre forme de procès.

Mais peut on se fier à un raccourci aussi simpliste ?

En réalité, l’indice IMC fut utilisé comme indicateur de bonne santé ou non principalement par les compagnies d’assurance en premier lieu, avant d’être récupéré par la communauté médicale comme indice de référence quant à la corpulence d’un individu.

Ce premier point est tout à fait discutable, un individu très musclé aura un IMC supérieur à 25, sans être en surpoids ! Tout comme quelqu’un de mince avec une ossature légère sera considéré comme “maigre” sans forcément l’être.

N’oublions pas que cet indice servait à la base à établir le profil de “l’homme moyen” et qu’en aucun cas il n’avait pour but de servir à “classer” les individus selon leur corpulence.

Ces dérives d’utilisation ne sont qu’une manifestation du besoin obsessionnel de l’être humain à se rapprocher d’un “idéal”, sous l’influence d’une volonté de formatage de la société.

En outre, si l’on considère les relations entre IMC et santé, des études récentes(3) ont montré que presque la moitié (47,4 %) des américains considérés comme en mauvaise santé par rapport à leur IMC élevé était en réalité en bonne santé si l’on considérait d’autres facteurs, comme leur glycémie, leur taux de triglycérides sanguins, leur cholestérol ou leur pression artérielle.

Donc, on s’y fie ou pas ?

Tout dépend.

Dans notre cas précis, l’IMC sert à déterminer si selon les standards actuels nous sommes en surpoids ou non.

Mais sincèrement, a-t-on besoin d’un indice pour déterminer si l’on est en surpoids ?!

Personnellement, je me fie bien plus à mon miroir pour déterminer si je suis en surpoids ou non, et je n’ai jamais eu besoin de l’IMC pour comprendre que je l’étais, quand je l’étais !

Je pense que l’IMC a encore de beaux jours devant lui au sein du corps médical, mais sert  plus à catégoriser les individus que comme réel indicateur.

Il peut se révéler utile dans le cas de jeunes femmes anorexiques qui refusent de le croire et prendre le problème au sérieux, leur maigreur pouvant être dommageable à leur santé.

Cet indice peut aussi être utile pour des études statistiques, mais ne devrait pas constituer une préoccupation pour vous, la balance et le reflet du miroir sont bien suffisants pour déterminer si l’on aime sa silhouette ou non ! Autant ne pas s’ajouter un stress supplémentaire, dont l’utilité est plus que discutable.

Certains obèses ou individus en surpoids sont heureux comme ils sont, et en bonne santé.

Et n’est ce pas là le plus important, être heureux ?


Happy buddha


Donc, si votre silhouette vous empêche d’avoir confiance en vous et d’atteindre le bonheur, connaître votre IMC n’y changera rien ! Vous entamerez de toute façon des démarches pour changer les choses.

Et à contrario si votre silhouette ne vous pose aucun souci, pourquoi s’embarrasser à connaître son IMC ?

Cette donnée peut donc être très utile pour des études statistiques, mais je ne pense pas qu’elle soit réellement nécessaire à qui veut perdre du poids ou raffermir sa silhouette. Son utilisation me semble obsolète et je pense qu’on devrait tout simplement la bannir lors d’une remise en forme.

Donc, next l’IMC et on se concentre sur ce qui compte vraiment, votre ressenti personnel vis à vis de votre corps !


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à me le faire savoir, et à le partager ! Vos questions et commentaires sont les bienvenus ! Winking smile


Références :

(1) BMI and all cause mortality : systematic review and non-linear dose-response meta-analysis of 230 cohort studies with 3.74 million deaths among 30.3 million participants. http://www.bmj.com/content/353/bmj.i2156

(2) Trends in Obesity Among Adults in the United States, 2005 to 2014. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27272580

(3) Don’t use body mass index to determine whether people are healthy, UCLA-led study says. http://newsroom.ucla.edu/releases/dont-use-body-mass-index-to-determine-whether-people-are-healthy-ucla-led-study-says

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *