Arrêter de fumer sans prendre de poids – Semaine 7

Je vous retrouve donc pour mon défi, “Arrêter de fumer sans prendre de poids”. Nous en sommes à la semaine 7, c’est passé vite l’air de rien.

Je n’ai pas touché une cigarette depuis plus de deux semaines maintenant, et surtout….. j’ai parcouru 2400 kilomètres d’autoroute sans fumer !

Je dois avouer que ça n’a pas été facile, les habitudes ont la vie dure, et rouler est trèèès ennuyeux. La peau de mes doigts a subi le sevrage tabagique, je les ai tous grignotés. J’ai juste gardé intact mon index droit, celui qui me sert pour la reconnaissance d’empreinte digitale Winking smile

Pas motivé à taper mon code à chaque fois que je dois débloquer mon PC, et après tout, j’en ai neuf autres.

Comment je gère l’arrêt ?

Pas trop mal, et pas si bien.

La difficulté réside vraiment dans le fait qu’on peut facilement trouver des cigarettes. Et cela n’aide pas vraiment à s’en passer. Tout le monde fume autour de moi, au boulot je me sens comme dans une fabrique de fumeurs, il n’est pas rare de voir des trentenaires n’ayant jamais fumé apparaître une clope au bec, du jour au lendemain.

Pourquoi ?

Pour contrer l’ennui, réduire le stress. Car l’idée selon laquelle la cigarette serait un réducteur de stress fait toujours son chemin chez ceux qui n’ont jamais eu à lutter contre elle.

 

Arrêter de fumer

 

Ils ne savent pas que le seul stress qu’elle réduit, c’est celui qu’elle crée lorsqu’on est fumeur et qu’on manque de nicotine.

La seule façon dont elle réduit le stress, c’est en soulageant les symptômes de manque qu’elle a créés. C’est une drogue, pas une simple habitude, et elle agit en tant que telle sur notre organisme.

Ce que nous ressentons, c’est une réelle dépendance à l’égard d’une drogue, et c’est pour cela que certaines cigarettes comme celle du matin, sont si “agréables”.

Lorsque nous dormons, nous ne fumons pas. Au matin, notre corps est privé de nicotine depuis si longtemps, que lorsqu’il reçoit sa “dose”, il prend ça pour la meilleure chose qui puisse lui arriver. Voilà comment nous en arrivons à faire la confusion entre plaisir et dépendance.

Je vous parlerai de la dopamine dans un futur article, nous analyserons plus en détail ces mécanismes de dépendances et récompenses.

Concrètement, ça se passe comment pour moi ?

Une chance, j’ai tellement de choses en tête, et tellement de choses à faire, que je n’ai pas trop le temps d’y penser. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas publié d’article cette semaine, même si j’en ai deux en préparation. Et c’est aussi la raison pour laquelle mon billet de cette semaine sera plus court que les autres.

Trop de choses à faire, plus mon boulot qui me fait passer tant de temps sur la route, ont eu raison de mon organisation.

Mais ce n’est pas une mauvaise chose, j’agis pour le futur. Je vous prépare un e-book qui se veut comme un starter-kit de la perte de poids, j’ai deux articles en cours, et les recherches pour vous livrer le meilleur contenu possible me prennent pas mal de temps, en plus du reste.

Et surtout, je travaille sur une source de revenus qui me permettrait de quitter mon boulot que je ne supporte plus, et croyez moi, c’est la meilleure motivation du monde.

Mais ça occupe tout mon temps, et l’intégralité de mes pensées. Pour le meilleur j’espère Winking smile


Côté balance, ça dit quoi ?

Petit bémol, je ne sais pas comment, mais je me suis blessé à l’épaule droite. Je n’ai rien fait de spécial, ni de différent, mais je ressens une pointe atroce sur le bout de l’acromion.

C’est qui celui-là ? C’est l’excroissance osseuse de l’omoplate que nous sentons juste sous le cou.

Je vais vous montrer, ce sera plus simple. C’est une épaule gauche ici, mais ça ne change rien, on est d’accord.

 

Epaule

 

Vous voyez l’acromion, et je vous ai entouré en rouge la zone précise qui me fait souffrir. Pourquoi j’ai mal à l’extrémité de cet os ?

Bonne question, je m’interroge depuis une semaine, aucune idée. Mais le fait est que j’ai affreusement mal, donc pas de sport cette semaine, ni de yoga, je n’arrive pas tenir une posture.

Et je pense que pour les deux prochaines semaines je suis forfait. Même si ça va mieux avant, par précaution je vais attendre d’être parfaitement rétabli avant de forcer dessus.

Je ne suis pas à deux semaines près, ou même trois du coup, rappelez vous, la remise en forme est une course de fond, pas un sprint.

Le réel problème….. c’est que j’aime ça !

Me priver de sport, de yoga pendant encore deux semaines me chagrine au plus haut  point. Mon équilibre en dépend.

Mais bon, je ne peux pas tout maîtriser, et cette douleur me cloue au tapis. Next. Je vais prendre mon mal en patience, et surtout chercher COMMENT j’ai pu me faire si mal, pour pouvoir l’éviter à l’avenir.

Je vous tiendrai au courant de ma reprise, et vous expliquerai comment reprendre une activité physique judicieusement après une période d’inactivité.

Niveau poids, je compense ce manque d’exercice de poids de corps par une réduction des excès, entre l’arrêt du tabac et du sport, j’ai intérêt à faire gaffe si je veux pouvoir tenir mon défi ! Et ne pas perde ma silhouette au passage.

Pour l’heure, ça se maintient, je me trouve toujours dans mon poids de forme Winking smile sans compter que j’avais oublié de prendre la photo, je l’ai donc prise après mon petit-déjeuner et bien deux heures après mon réveil.

 

ORG_DSC05200


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à aimer, commenter, partager.

Et si vous aussi luttez ou avez lutté contre le tabac, n’hésitez pas à venir en discuter avec moi, à plusieurs on est plus forts Sarcastic smile

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *