Arrêter de fumer sans prendre de poids – Semaine 6

Déjà six semaines que je me suis lancé ce défi.. Six semaines que je devrais être libéré..

Au lieu de ça, j’en suis à une semaine sans fumer un brin de tabac, et vous savez quoi ? J’en suis fier.

Certes, j’ai connu un échec, certes j’ai reporté mon défi de plus de trois semaines.

Mais c’est quoi trois pauvres semaines quand on fume depuis 17 ans ?!

Rien, que dalle, nada.. Personnellement ça ne me fait rien, le principal était d’arrêter, peu importe que je replonge pour me reprendre, le tout est de se reprendre.

« L’échec n’est pas le contraire du succès, c’est une partie de la réussite. » – Arianna Huffington, éditorialiste millionnaire et fondatrice de The Huffington Post.

Voilà, tout est dit. Après cet échec, je connais mieux le piège de la soirée alcoolisée dans lequel je suis tombé, et suis mieux préparé à l’éviter par la suite.

Après cet échec, je suis plus déterminé encore à stopper cette m****, c’est quand même pas ces petits bâtons de papier et de tabac qui vont me mener à la baguette.


Arrêter de fumer - mener à la baguette

                Euh… ouais, peut-être que je m’égare un tout petit peu, mais l’idée est là.

Enfin, je présente ça comme si c’était rien, mais n’oublions pas qu’une cigarette c’est :

4 000 composés chimiques dont au moins 50 sont identifiés comme cancérigènes.

L’origine de ces substances est double. Une partie provient directement des pesticides et produits radioactifs utilisés pour la culture du tabac. L’autre est ajoutée volontairement par les fabricants de cigarette qui n’hésitent pas à utiliser des produits hautement toxiques tels que l’ammoniac pour favoriser la fixation de la nicotine et renforcer la dépendance des fumeurs. (1)

C’est dingue de se dire qu’on accepte consciemment de s’envoyer tout ça au fond des poumons. Et qu’on en redemande, comme si c’était si bon qu’on voudrait en conserver le goût en bouche toute la journée.

En réalité : haleine de cimetière, mais on ne le sent plus, le nuage toxique flotte autour de nous en permanence.


Arrêter de fumer - Nuage toxique

Mais vous savez ce qui est pire encore ?

On nous fait payer le prix fort pour avoir le privilège de se déglinguer la santé, et chaque année ce “plaisir” prend encore de la valeur. Apparemment pour encourager les gens à arrêter.

Foutaises ! Si c’était le cas, au lieu de taxer à fond les producteurs de tabac, l’Etat les condamnerait. Les mettrait à l’amende. Ou mieux encore, les empêcherait de commettre leurs forfaits.

Si les instances en place voulaient vraiment combattre le tabagisme, on verrait les PDG des grandes sociétés du tabac aux côtés d’hommes comme Klaus Barbie, répondant aux accusations de crime contre l’humanité.

Mais il n’en est rien, on utilise des méthodes douteuses, on agit sur la psychologie du pauvre drogué en manque de nicotine. On appuie là où ça fait mal.

Comme le fait de rendre neutres les paquets de cigarettes, et d’augmenter leur prix de 30%. Les consommateurs y voient là une condamnation de leur “plaisir”, rendant à leurs yeux la cigarette encore plus précieuse.

Qu’on s’attaque à l’un de vos privilèges, une de vos habitudes, un de vos plaisirs, et vous défendrez vos convictions avec plus d’ardeur que des sans-culotte à la Bastille. Ces grands orchestreurs le savent, et surtout savent  en jouer.

Certes, une augmentation de prix si importante, et la mise en avant des méfaits du tabac devraient pousser les gens à arrêter cette merde au plus vite. Mais on sait tous que ça ne marche pas comme ça, si connaître les effets sur la santé et le portefeuille du tabac suffisait à arrêter, ça ferait bien vingt ans que les sociétés productrices auraient fait faillite.

Bref, je me suis enfin sauvé de cet enfer… Tenez, celle ci est gratuite, pour le plaisir.


constituants d'une cigarette


Ah ! Et je ne vous ai pas dit le meilleur : je travaille en grand déplacement, je fais beaucoup de route, et pour la première fois de ma vie j’ai pu rouler six heures sans fumer. Si on m’avait dit que c’était possible, jamais je ne l’aurais cru.

Je ne dis pas que c’était facile, mais je l’ai fait. J’ai terminé les mains en sueur, tremblantes, mais je l’ai fait. Et je suis revenu vendredi, pour repartir lundi : soit un total de 18 heures de routes sans fumer !

Incroyable.. Ouais, en fait, arrêter de fumer, c’est possible Winking smile

“Vous êtes le maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez la clé”

           Dalai Lama


(1) CNCT : www.cnct.fr Septembre 2013


Au niveau de la balance, toujours pas de changement. Bon, j’ai arrêté de nouveau depuis une semaine seulement, donc rien d’étonnant à cela. Mais dans tous les cas je ne compte pas prendre de poids  Winking smile

Oui, je me suis levé tard, c’est le week-end, je fais ce que je veux non ?


            ORG_DSC05193


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à aimer, commenter, partager.

Et si vous aussi luttez ou avez lutté contre le tabac, n’hésitez pas à venir en discuter avec moi, à plusieurs on est plus forts Winking smile

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *